Histomobile est la compilation de photos, videos et plus de 3.000.000 de spécifications automobiles ! | M'enregistrer | Se connecter

Fonds d'écran et données techniques

EN
FR
Sur Histomobile.com : 1310 marques, 31115 modèles, 44193 photos, 20150 articles d'actualités en français

Constructeurs / Belgique / Pieper


:
GalerieHistoire Liens Cotations Production
Modèles Pieper


1900


Petroleo
Pieper Petroleo electrique   (1900)

Henry Pieper fonda en 1866, rue des Bayards, à Liège une fabrique d'armes. De proportions modestes au début, elle devint une des plus importantes usines d'armement de la région. En 1883, Pieper ajouta une section destinée à la construction de matériel électrique qui prendra une telle extension que, dès 1889, cette section sera transformée en « Compagnie Internationale d'Electricité », toujours sous la direction de Henry Pieper.

Durant la dernière décennie du siècle, Pieper construisit des bicyclettes sous les marques Pie¬per et Bayard. Les usines de Liège, devenant trop petites, malgré leurs 6.000 m2, Pieper fit cons¬truire un bâtiment moderne de 2.000 m2 à Nessonvaux, usine qui passa à Impéria beau¬coup plus tard. Vers 1898, Pieper fabriquait environ 10.000 bicyclettes par an.

Le 18 août 1898, l'affaire se transforma en « Société Anonyme des Etablissements Pieper » avec installations à Liège et Nessonvaux.

Peu avant, Pieper avait décidé de se lancer dans la construction des voitures automobiles; le premier véhicule datant de l'été 1897 était un quadricycle électrique assez rudimentaire mais, dès 1899, l'usine produisait notamment des véhicules pétroléo-électriques mis au point par Henry Pieper junior, directeur de l'affaire avec son frère Nicolas depuis la mort du fondateur. Pieper était le pionnier en Belgique de ce système employé aussi notamment par Lohner-Porsche en Autriche. Le moteur à essence entraînait une génératrice dont le courant faisait tourner un ou des moteurs électriques propulsant les roues; l'usage d'un système de change¬ment de vitesses par courroies ou engrenages était superflu, en outre, le démarrage du moteur à essence pouvait se faire par l'intermédiaire des moteurs électriques. Dans les descentes, on récupérait de l'énergie par les moteurs électriques entraînant à leur tour la génératrice qui fournissait du courant aux accumulateurs. Ce système, séduisant en théorie, était cependant coûteux et ne survécut guère aux progrès du moteur à pétrole.

La Pieper pétroléo-électrique était équipée d'un moteur monocylindre De Dion Bouton d'abord de 3 CV, puis de 3,5 CV et atteignait 30 km/h.

Parallèlement à ces véhicules, Pieper sortait aussi des voitures purement électriques dont l'autonomie pouvait atteindre 80 km; une telle voiture participa le 3 juillet 1899 au défilé d'au¬tomobiles qui eut lieu au Château d'Ardenne.

Pieper mettait aussi au point des modèles uniquement à pétrole comme le type A à moteur monocylindrique De Dion Bouton de 3 CV à transmission par courroies.

Pieper exposa ses véhicules dans diverses manifestations internationales comme à Berlin en septembre 1899 où il obtint une médaille d'or et à Paris en 1900 où la marque fut déclarée hors-concours ce qui équivalait à la plus haute dis-tinction.

Comme les autres marques belges, Pieper exporta ses voitures surtout vers la Grande-Bretagne.

En 1901, si la fabrication des types électriques et pétroléo-électriques se poursuivait, les types à essence se développaient; la puissance des mo¬teurs augmenta et les carrosseries se diver¬sifièrent; le type B était équipé d'un moteur monocylindrique de 6 CV et le type C d'un bicylindrique de 8 CV, les carrosseries étaient du type Duc, Duc avec capote, Vis-à-Vis, Tonneau et voiturette de livraison.

La même année, Pieper engagea dans « Paris-Berlin » une quatre cylindres 12 CV dans la catégorie « voitures légères ».

En 1902, la production des voitures à essence comprenait une deux cylindres 7 CV, des quatre cylindres 12 et 20 CV; les boîtes étaient à engrenages. Cette gamme fut exposée au Salon de Bruxelles du mois de mars. Cette même année, Pieper construisit aussi des motos dont le cylindre unique était incliné vers l'avant et dont la transmission s'effectuait par courroies.

Cependant Pieper dut abandonner la cons¬truction automobile probablement en 1903-



Idée & conception © 1999-2016 van Damme Stéphane.




Droits d'utilisation | Contact

1024