HISTOMOBILE

Marque :



ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

M’enregistrer - Se connecter

;



Page  3 / 5


Page 4 / 5 : 

La voiture d’occasion



par Jean-Claude Therace

Année de construction :

Cylindrée :

Essence ?: Catalyseur ? :

Diesel ? : Turbo ? :

1er Propriétaire ?: Homme ? : Femme ? :

Carnet d’entretien ? :

Kilométrage parcouru : Moyenne annuelle Km parcourus ? :

Pas accidenté ? :

Teinte : Métallisée ? :

Contrôle technique :

Dernier entretien effectué : Quand : Kilom. :

Surtout pour les diesels : (dernier) remplacement de la courroie crantée de la distribution ; preuves à l’appuis. Un concessionnaire peut vous fournir le renseignement concernant la périodicité prévue par le constructeur pour le remplacement de cette courroie. (Cela peut-être p/ex tous les 60.000Km, 90.000Km ou bien tous les 120.000Km… ? ? ? ! ! !)

Remarques :

Année de construction :

L’année modèle en automobile commence au 1er septembre et se termine le 31 août de l’année suivante. L’année de la première immatriculation ne correspond pas toujours avec l’année de construction. Pour exemple, un véhicule sortis de chaîne le 2 septembre 1999 est un modèle 2000 … mais s’il est immatriculé le 29 décembre 1999 ; pour les assurances et l’argus il s’agit d’un véhicule de 1999 (modèle 2000).


Moteurs essence avec catalyseur (imposé en Belgique depuis 06/1993) :

obligeait l’essence sans plomb. Si le véhicule aurait fonctionné, ne fusse qu’une fois (un plein de réservoir), avec de l’essence plombée, le catalyseur risque de ne plus fonctionner et de créer des problèmes au niveau de l’examen du CO, HC et NOx lors du contrôle technique. Une consommation d’huile exagérée peut aussi détruire le catalyseur. Une bougie d’allumage donnant des ratés à froid va aussi rapidement détruire le catalyseur. La pièce coûte entre 500€ et 2.500€ selon les modèles (sans compter la main-d’œuvre).


Moteurs essence sans catalyseur :

Il était conseillé par les constructeurs de faire un plein sur cinq avec de l’essence plombée. Le refroidissement des soupapes/sièges et la bonne tenue des segments de feu des pistons était une des deux raisons principales de l’addition de dérivés de plomb dans les carburants jusqu’en janvier 2000 ; l’autre était de régler la valeur antidétonante de l’essence.


Turbo Diesel :

Moteur quoi que l’on dise ; légèrement « poussé » quand même. Si de plus il a été conduit par un jeune… adieu les dégâts !

NB : ce qui tue les turbos c’est d’arrêter le moteur subitement après avoir roulé tout un temps sous un régime élevé soutenu (autoroute p/ex). Dans ces conditions, il faut impérativement laisser revenir le turbo à température normale (moteur au ralenti) et… ensuite seulement couper le moteur.



Premier propriétaire :

c’est le seul qui peut assurer l’historique de la voiture (kilométrage, entretien, accidents…).

Carnet d’entretien :

Le rapporteur de l’exécution périodique des entretiens (chez un concessionnaire !). Et aussi le témoin des kilomètres réellement effectués.

Kilométrage effectué :

on compte 30.000 Km/an pour un véhicule diesel et ± 20.000 Km/an pour un essence. Un diesel de 7 ans pourrait avoir déjà parcouru 200.000 Km ! !

Accidentée ? :

Cela laisse des traces ; mais il faut être connaisseur pour les déceler.

Peinture métallisée :

Bien plus solide qu’une peinture normale et ce, en cause : une couche d’un verni très solide. Aucune difficulté pour peindre en « retouche » pour un professionnel.

Contrôle technique :

à charge du vendeur ! Sauf pour les minibus.


    Contact avec le vendeur.

  1. Demander les papiers du véhicule ainsi que le contrat d’entretien.

    Le certificat d’immatriculation permet de repérer si on est devant un premier propriétaire ou un véhicule d’occasion lors de l’achat par celui-ci à la date reprise « 1ère mise en circulation (B) »



  2. Demander si le vendeur est le propriétaire… ce pourrait être un margoulin qui vend des voitures au noir. Dans le doute prendre l’adresse (ou Nouvelle adresse, figurant sur le certificat d’immatriculation afin, le cas échéant, de contacter l’ancien propriétaire.


  3. Voir si l’adresse du certificat d’immatriculation correspond à l’adresse du rendez-vous ; si non, demander des explications.

  4. Ne jamais accepter une voiture dont on ne peut pas faire un essai conséquent.

  5. Sur un véhicule de plus de 4 ans, les options tels que : toit ouvrant, vitres teintées, alarme classique (non VV2), peinture métallisée, servo-direction… ne sont plus à tenir en compte du prix d’achat. Par contre ce qui suit peut surévaluer le prix du véhicule car il s’agit d’un « Plus » tels que :

    Faible kilométrage parcouru et prouvé par le carnet d’entretien, ABS, Boite automatique, air conditionné, feux antibrouillards, Autoradio de haut de gamme, alarme de la classe VV2 avec certificat du monteur, intérieurs cuir, jantes en alliage*…



  6. Se limiter à un véhicule dont la taxe fiscale est de 9cv maximum et de 85 kW de puissance est un atout d’économie.

    N.B. : prendre un véhicule de moins de 9cv et de moins de 71KW de puissance est très raisonnable. (sauf si on prévoit de longs voyages à pleine charge.)


  7. Réclamer lors de la livraison et avant de payer, toutes les clés du véhicule y compris les copies éventuelles.

  8. Vérifier que l’équipement du véhicule est complet comme par exemple la roue de secours (gonflée !) et le cric d’origine du véhicule. Le bouchon du réservoir de carburant (pièce d’origine car il doit assurer ou non la ventilation du réservoir selon le mode prévu par le constructeur.)


  9. Si les lèves vitres sont électriques ; vérifier leur fonctionnement ; de même pour les rétroviseurs électriques et le toit ouvrant !

  10. Vérifier l’existence de vignettes autocollantes apposées par les garagistes dans les montants de porte et/ou le compartiment moteur. Celles-ci pourraient donner de précieuses informations. Les traces d’arrachage sommaires de ces étiquettes peuvent signifier que l’on veut volontairement cacher quelque chose au potentiel acheteur.


  11. Voir si tous les pneus ne sont pas usés à plus de 50% et soient tous de la même dimension et identiques par trains roulants. Voir aussi si l’indice de charge (81, 82…) et de vitesse (T, H, V, W) sont respectés. Si non, il y a refus du contrôle technique. Attention ! des marchands peu scrupuleux passent au contrôle technique avec d’autres roues que celles qui seront finalement fournies avec le véhicule acheté. Après, c’est pour votre pomme !


  12. Toutes les alarmes placées sont livrées avec 2 commandes à distance ; exiger les deux (une commande supplémentaire coûte ± 50 Euro

  13. L’état d’usure du volant et des caoutchoucs des pédales sont à eux seuls de bons indices pour se rendre compte des nombreux kilomètres parcourus.

  14. Si le recouvrement du volant montre, dans le quart supérieur gauche, de la fatigue (mou et incrustation usées) ce véhicule a beaucoup circulé en ville.

  15. Un véhicule qui n’a circulé qu’en ville a un taux d’usure presque 3 fois supérieur à un véhicule ayant roulé presque totalement sur route

  16. Un véhicule équipé d’un attelage pour remorque peut avoir très souvent tiré plus que sa charge ! Le véhicule dont le certificat d’immatriculation comporte des renseignements de poids dans les colonnes modification (MMA, MMAT, MMRA) a eu une attache remorque !


  17. Tenir compte qu’il n’y a vraiment que depuis 1999 que les contrôles techniques enregistrent les Km parcourus des véhicules lors de leurs visites annuelles.

  18. Depuis le premier décembre 2006, le vendeur doit fournir, obligatoirement, à l’acheteur le document Car-Pass. Il comporte le kilométrage du moteur à différentes dates récoltés par les Contrôles Techniques mais aussi par : les garages, les carrossiers, les centrales de pneus, les Fast Fitters. La non remise de ce document annule la vente. Ce Car-Pass coûte 6€, est fourni par le Contrôle technique et est valable deux mois.


  19. Un véhicule immatriculé à l’étranger doit, avant d’être vendu :

    - passer par une agence en douane (± 62€). C’est cette agence qui fourni le document 705 à joindre à la demande d’immatriculation.

    - Demander à l’importateur national un certificat de conformité. Excepté si celui accompagnant le véhicule est déjà du type Européen.

    - et seulement alors on peut passer au contrôle technique.


  20. Un moteur et un compartiment moteur fraîchement nettoyés au Kärcher® peut cacher une forte perte d’huile par le couvre culasse mais aussi par le joint de culasse !!

  21. Refuser les pare-brises griffés et/ou fêlés.

  22. Une vitre arrière dont le dégivrage ne fonctionne pas par rupture des fils chauffants peut coûter cher au remplacement. (il existe des kits de réparation mais…)

  23. Tous les véhicules diesel doivent subir un remplacement systématique de la courroie de distribution à un kilométrage donné (par le constructeur) cette opération obligatoire coûte cher (souvent plus de 200€) Attention ! si cela est prévu tous les 90.000Km comme les T Diesel ; si le véhicule a, au moment de sa vente en occasion, plus de 180.000Km il faut s’assurer, facture à l’appui, que cela a bien été fait récemment. Si non, gare à la casse ! Qui peut arriver déjà lors du contrôle des fumées au contrôle technique.


  24. Certains moteurs à essence et le plus souvent des 4 soupapes par cylindres ont aussi une périodicité pour le remplacement de la courroie crantée de distribution. Très important, car pour certaines marques et modèles c’est déjà prévu à 60.000km !


  25. Il y a intérêt de faire la facture sur le prix réellement payé car en cas de sinistre cette facture sera prise en considération pour évaluer les forfaits de réparation par les experts des assurances. Depuis juin 1993, depuis l’instauration de la taxe à l’immatriculation, faire facturer la voiture d’occasion sur un minimum est une mauvaise manœuvre surtout en cas de déclassement (sinistre total) du véhicule.


  26. (*) les « Plus » s’achètent plus cher mais attention, leurs réparations coûtent plus aussi par exemple : sur des jantes alliages, les pneus à taille basse coûtent très cher et les coups de bordures sont meurtriers.


  27. NB : Une partie du 16, 17, 18, 19 et 25 se rapportent plus spécifiquement à la Belgique.

(© Jean-Claude Therace)
#171

Page 5 / 5


Sommaire

Idée & conception © 1999-2011 van Damme Stéphane.


Join us on