HISTOMOBILE

Marque :



ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

M’enregistrer - Se connecter

;



Page  24 / 36


Page 25 / 36 : 

Refroidissement moteur à huile



par Jean-Claude Therace

Durant les années 1954 et 1958, la S.I.R.A. (Società Industriale Ricerche Automotoristeche) bureau d’étude partagé avec la F.I.A.T., fit des recherches sur des moteurs compacts avec des coûts de fabrication minimum.

Les recherches aboutirent sur un moteur aux chemises (cylindres) refroidies par de l’huile et la culasse refroidie par air (non forcé).

Le refroidissement par l’huile des cylindres donnait la possibilité de réduire la distance entre les cylindres et aussi réduire l’épaisseur du bloc-moteur et par conséquent, le moteur était moins encombrant. Le but était aussi d’éliminer le circuit d’eau, y compris la pompe et les éléments servants à son fonctionnement.

Lors de recherches, il apparut nécessaire de rainurer finement la surface extérieure des chemises en contact avec l’huile ; ce qui fut fait commodément par filetage, et de réduire à environ un millimètre la couche de circulation d’huile tout autour des chemises.

Une seule pompe à huile assurait la lubrification des différents éléments classiques et….le refroidissement des cylindres.

Appliqué directement au moteur, un petit radiateur, qui était un échangeur de chaleur entre l’eau et l’huile, fournissait aussi de l’air chaud en guise de chauffage de l’habitacle.

La cylindrée retenue était de 1.157 cm3 les prototypes existaient en deux versions : cylindres verticaux en ligne et cylindres horizontaux en ligne.

Le moteur à cylindres verticaux était destiné à une voiture dont le moteur serait à l’avant et propulsion (projet 123E1) tandis que le moteur à cylindres horizontaux était plutôt destiné à une voiture à moteur arrière (123E2).

Le projet 123E1 fut achevé fin 1959. Le moteur comportait 3 cylindres verticaux, embrayage automatique à centrifugation (sic) d’huile (convertisseur de couple hydraulique) et transmission semi-automatique à engrenages épicycloïdaux donnant 3 vitesses commandées par trois boutons ou un petit levier sous le volant. Finalement c’est la boîte du projet 600 (FIAT) qui fut adapté et adopté.

La voiture pu se passer de grille et/ou de calandre à l’avant.

En 1963, la « E1» et la « E2 » furent mises aux essais. La sortie et le succès de la Mini Morris d’Alec Issigonis en 1959, avait créé parmi les chercheurs de FIAT un certain découragement surtout qu’en 1947 ils avaient déjà étudié et construit un groupe motopropulseur transversal pour la petite Fiat expérimentale « 100 ».

Les recherches sur les modèles 123E1 à 123E4 à moteur avant traction avant, furent arrêtées au profit de l’étude et la production de la Fiat 850 et de l’Autobianchi A109.

C’est de ces mêmes ingénieurs que sortit le projet Simca 1000 (projet 122/540 Fiat) en 1960. Ce fut en fait un cadeau des stylistes Fiat aux stylistes Simca dirigés à l’époque par le comte Mario Revelli de Beaumont (I) ami intime de Dante Giacosa, ingénieur Fiat auprès de la SIRA et père du refroidissement par huile.

Illustrations : "Mes quarante ans chez Fiat" de Dante Giacosa / Édition AUTOMOBILIA

(© Jean-Claude Therace)
#170

Page 26 / 36


Sommaire

Idée & conception © 1999-2011 van Damme Stéphane.


Join us on