HISTOMOBILE

Marque :



ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

M’enregistrer - Se connecter

;



Page  7 / 9


Page 8 / 9 : 

Notes sur le freinage de véhicules



par Jean-Claude Therace


  1. Le système de compensation de freinage est système prenant en compte les variations de charge incorporée à la suspension capable d’atténuer les effets de déséquilibres produits par le freinage. Un tel dispositif s’impose encore d’avantage aux freinage des remorques ou des semi-remorques en raison de la grande différence de poids total de ces engins en charge et à vide.


  2. En cas de freinage continu dans la descente d’une longue pente avec un refroidissement insuffisant, le freinage perd une notable part de son efficacité.

  3. Pour considérer la puissance moyenne de freinage, nous devons introduire la notion de décélération γ c’est à dire la réduction de vitesse du véhicule dans le temps, exprimée en m/seconde par seconde, ou m/s2.


  4. Exemple :

    Soit un camion de 7 tonnes de charge utile pesant au total 14 tonnes muni d’un moteur de 100 ch et roulant à 80km/h ; la force vive à absorber sera approximativement de 350.000 kgm. Si on admet une décélération γ de 5 m/s2 qui est considérée comme acceptable pour un véhicule de ce genre, correspondant à une durée de freinage de 4,4 secondes pour obtenir l’arrêt, la puissance que les freins doivent avoir est égale à environ 777 kW ou ± 1.000 ch soit, dans cet exemple 10 fois la puissance du moteur. Il n’a pas été tenu compte ici des résistances passives ni de l’inertie des pièces en rotation.



  5. Les exigences officielles quant à la décélération de freinage des voitures n’atteignent pas γ de 6 m/s2, elles correspondent à un freinage passable et ont seulement pour but de déterminer les freins à considérer comme dangereux. Pour les poids lourds les prescriptions sont encore inférieures. Ces test de décélération (freinage) ne sont possible qu’avec le véhicule en mouvement (en utilisant, p/ex. un matériel de contrôle embarqué).


fig : Appareil pour la mesure de la décélération.

  • Le contrôle de l’équilibrage des freins s’effectue sur un appareil dénommé freinomètre. Cet appareil n’indique pas la puissance de freinage totale du véhicule.

  • Le décéléromètre est le seul appareil capable de contrôler, en plus, l’efficacité du freinage. L’appareil se fixe au véhicule et le test est dynamique (le véhicule est en mouvement !).

  • En Belgique, depuis le 1er octobre 2005, les stations de CT imposent un contrôle supplémentaire du freinage. Pour certains, qui le peuvent, c’est de se représenter au CT en charge cette fois pour contrôler le freinage par essieu dans ces conditions (la charge doit être de plus des 2/3 de la charge maximum autorisée (MMA)). Pour les autre, à vide, ils doivent passer le contrôle dit « RD » qui est un contrôle où le technicien fixe, à des endroits prévus sur le circuit de freinage, des manomètres à transmission en radiofréquence qui fournissent au pupitre de l’appareil de contrôle du CT, les pressions relevées aux cylindres de freins des roues. Je vous avoue que je suis très perplexe concernant ces tests car, tout en étant un complément valable contrôlant des éléments non encore contrôlés jusqu’alors, ce complément ne mettra pas en valeur les réactions des forces vives en jeux lors du freinage sur route et en charge ni les distances de freinage même approchées.


  • Le système « RD » belge est expliqué à l’adresse suivante : http://www.autosecurite.be/pdf/remtest_fr.pdf

    (© Jean-Claude Therace)
    #168

    Page 9 / 9


    Sommaire

    Idée & conception © 1999-2011 van Damme Stéphane.


    Join us on