HISTOMOBILE

Marque :



ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

M’enregistrer - Se connecter

;



Page  32 / 36


Page 33 / 36 : 

La consommation d'huile moteur



par Jean-Claude Therace / Pierre Deschamps / Henry Malengrau

Les utilisateurs ont souvent tendance à considérer la quantité d'huile consommée par le moteur de leur véhicule comme un critère majeur pour juger de la qualité du lubrifiant et/ou l’état du moteur.

Cette attitude n'est pas raisonnable. N'importe quel moteur qu'il soit à essence ou diesel doit nécessairement consommer une certaine quantité d'huile pour être bien graissé. Il est évident, par contre, que la "disparition" d'huile ne peut pas dépasser certaines limites bien établies et surtout ne pas être due à des pertes.

La baisse du niveau d'huile dans le carter ne permet pas de différencier les deux phénomènes qui se produisent parfois simultanément.

On entend par consommation, la disparition d'huile qui se produit à l'intérieur du moteur en fonctionnement. Lorsqu'elle se manifeste de façon normale, la consommation d'huile est un processus essentiel pour réduire l'usure et les frottements, assurant ainsi la longévité et le bon fonctionnement du mécanisme.

On entend par pertes, la disparition d'huile par des fuites. Certaines se manifestant lorsque le moteur est à l'arrêt, d'autres quand il tourne (parfois même seulement au dessus d'un certain régime). De toute façon les pertes d'huiles sont préjudiciables. Si elles sont importantes ou imprévues elles peuvent mettre en danger le bon fonctionnement du moteur. Certes, une légère fuite d'huile n'a pas toujours des conséquences graves, mais elle constitue, sinon un danger, au moins un gaspillage et une source de pollution et de souillure.


LA CONSOMMATION ...


  1. ... est nécessaire ...

    Parmi les nombreuses fonctions qui lui sont dévolues, l'huile doit, entre autres, assurer l'étanchéité des segments et lubrifier pistons et cylindres. Ces derniers seraient mal lubrifiés et soumis à une usure rapide, sans parler du risque de grippage, si l'intérieur du cylindre et de la chambre de combustion n'était pas recouvert par un film d'huile. Or à chaque phase de combustion ou d’explosion, cette huile est partiellement brûlée et son remplacement provoque une consommation inévitable et nécessaire.


  2. … est reconnue par les experts ...

    Dans leurs manuels d'entretien ou dans les spécifications reprises dans la littérature technique, certains constructeurs indiquaient la quantité d'huile que le moteur pouvait consommer par kilomètre, par heure de fonctionnement ou par litre de combustible consommé.


    Un moteur consomme toujours de l'huile.

    Pour certains constructeurs, la norme avouée était de 1 litre aux mille kilomètres par litres de cylindrée comme limite à ne pas dépasser…..s’il y avait dépassement, une intervention s’imposait.


  3. ... est influencée par de nombreux facteurs ...

    Les chiffres de consommation avancés par les constructeurs s'entendent pour des moteurs rodés et en bon état, convenablement réglés et fonctionnant dans des conditions normales de charge et de température. "


  4. ... Ne doit pas être exagérée ...

    Dans ce cas, il faut immédiatement en déceler les causes. Cette recherche permettra de découvrir soit une défaillance mécanique du moteur soit une perte d'huile accidentelle ou permanente.


    Les constructeurs ...

    Les constructeurs de moteurs automobiles sont très prudents sur le phénomène de consommation d’huile étant donné qu’elle est très variable d’un moteur à un autre de même marque et de même catégorie.

    Leur prudence est dictée par ce point d’interrogation « ce moteur sorti des chaînes, aura-t-il la longévité prévue, estimée par leurs ingénieurs, celui-ci, sera-t-il plus sobre ou plus gourmand en huile que son précédent ou son suivant sortis de la même chaîne d’assemblage? »

    Les départements « GARANTIE » des services après vente des constructeurs, donnent des statistiques précises aux usines concernées et là, déjà, on constate que la consommation d’huile des moteurs n’est pas un point négligeable et fait le sujet de réclamations plus que sporadiques.

    Toutes les pièces d’un moteur sont fabriquées selon des normes très strictes respectant des tolérances minimum et maximum pour apparier des éléments comme les pistons et les cylindres. Si, lors d’un accouplement de pièces, le cylindre serait de tolérance maximum et son piston, de tolérance minimum, il y a grande chance que ce cylindre aura tendance à consommer plus d’huile sous certaines conditions dépendantes de minimum 6 facteurs des plus importants :

    1. - La finition du cylindre et son contact avec les segments.

    2. La tolérance de montage des segments dans leurs pistons.

    3. L’appariement piston/cylindre.

    4. Le type d’huile utilisé.

    5. La température de fonctionnement.

    6. La vitesse linéaire des pistons.

    Trois facteurs sont inhérents à la construction, les trois suivants à l’utilisation.

    L’utilisation va intervenir dans les paramètres de la construction tout le long du rodage qu’on aura voulu de plus en plus bref et de moins en moins contraignant comme ce le fut le cas par le passé.

    Les tolérances sont surtout dues au fait que, par exemple, tous les blocs cylindres n’ont pas été fabriqués sur les mêmes machines avec les mêmes régleurs (leurs calibres ayant aussi des tolérances de fabrication.

    Ceci étant dit, on constate que les constructeurs s’entourent de beaucoup de précautions.

(© Jean-Claude Therace / Pierre Deschamps / Henry Malengrau)
#164

Page 34 / 36


Sommaire

Idée & conception © 1999-2011 van Damme Stéphane.


Join us on