HISTOMOBILE

Marque :



ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

M’enregistrer - Se connecter

;



Page  4 / 5


Page 5 / 5 : 

Moteur Knight sans soupape



fig : coupe d'un cylindre et distribution du moteur Panhard-Diesel sans soupape.

Ce type de moteur à quatre temps sans soupapes a été imaginé au début du siècle par l'Américain d'origine anglaise, Charles Yale Knight.

Dans ce moteur, le système de distribution était constitué, au lieu de soupapes coniques classiques, par deux chemises concentriques interposées entre les parois du cylindre et le piston et animées d'un mouvement alternatif. Ces deux chemises ainsi que les parois du cylindre étaient munies d'ouvertures (lumières) pour permettre l'admission du mélange air/ essence et l'expulsion des gaz brûlés. Les chemises, qui, en pratique, remplissaient la même fonction que des soupapes en permettant une succession régulière des phases du cycle, étaient appelées « fourreaux », et, en conséquence, le système de Knight prit le nom de distribution à fourreau.

Après avoir travaillé comme mécanicien à Détroit, Charles Knight élabora les premiers projets de son moteur à Chicago en 1903. Dans la phase de mise au point, qui s'effectua à Elyrie (Ohio) et qui dura jusqu'en 1905, il fut aidé par son ami L.B. Kilbourne.

En 1906, Knight céda le brevet de son moteur à la société Daimler anglaise, qui fut la première firme d'automobiles à utiliser le nouveau système avec des résultats satisfaisants. Par la suite, d'autres entreprises européennes, comme Panhard, Voisin, Peugeot, Mercedes, Minerva et Lanchester, adoptèrent des moteurs du type Knight.

Dans les années vingt, la distribution à fourreau parut être la solution la plus viable au problème du silence de fonctionnement.

Mais, tandis que le moteur à soupapes classiques était sans cesse perfectionné, le système de l'inventeur américain montra ses défauts qui provenaient d'une construction compliquée et lourde, du coût élevé de fabrication, de la très grosse consommation de lubrifiant et de la déformation des fourreaux à proximité des lumières. En conséquence, il fut presque complètement abandonné à partir des années trente. Seule la maison Panhard continua jusqu'au début de la Seconde Guerre mondiale à fabriquer des moteurs de type Knight, non seulement pour des voitures automobiles, mais également pour des avions.

On doit rappeler également les tentatives entreprises par Voisin pour perfectionner le principe de Knight et, parmi les réalisations lès plus curieuses, l'autobus électrique construit par Lanchester et équipé d'un moteur à explosion avec distribution à fourreau accouplé à un générateur qui alimentait les moteurs électriques du véhicule.

Bien qu'étant né en Amérique, le système Knight trouva sa plus grande diffusion en Europe. Aux États-Unis, les constructeurs qui l'adoptèrent furent fort peu nombreux. Parmi ceux-ci on peut citer Willys, qui construisit des voitures à fourreau entre 1914 et 1932. sous la marque Willys-Knight ; Stearns et Falcon, qui furent absorbés par Willys, fabriquèrent également des moteurs du type Knight (Stearns-Knight et Falcon-Knight).

#162

Sommaire

Idée & conception © 1999-2011 van Damme Stéphane.


Join us on