HISTOMOBILE

Marque :



ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

M’enregistrer - Se connecter

;



Page  4 / 17


Page 5 / 17 : 

Moteurs à explosion contre moteurs à vapeur




Si l'utilisation de la vapeur devenait un classique de la traction ferroviaire, l'emploi de l'énergie développée par un mélange détonant ralliait chaque jour des adeptes.

C'est en France qu'il faut chercher les réalisations initiales. Le savant Philippe Lebon, père du gaz de houille, fut l'auteur d'un brevet déposé en 1801, et décrivant le principe d'un moteur basé sur l'expansion d'un mélange d'air et de gaz enflammé.

Que serait–il advenu si Lebon n'avait pas été assassiné en 1804 ? Cette mort prématurée a probablement reculé de cent ans la réalisation pratique du moteur à explosion !


Jean–Joseph–Etienne Lenoir

Fort heureusement, le flambeau fut repris par Jean–Joseph–Etienne Lenoir, né en Belgique le 12 janvier 1822 et mort en France le 4 avril 1900. Ses travaux datent de 1852 et le premier moteur à gaz vit le jour en 1858, couvert par un brevet daté du 24 janvier 1860. Ayant réussi à commercialiser la fabrication de moteurs à gaz fixes, Lenoir s'attaqua à la construction d'une voiturette complète.

Cette voiture était une charrette tricycle (une seule roue avant) possédant déjà une direction à volant et crémaillère. Le moteur était un monocylindrique horizontal installé à l'arrière. Il fonctionnait à la manière d'une machine à vapeur, et son " cycle " se rapprochait d'un cycle actuel à 2 temps. Lenoir n'avait pas encore découvert l'intérêt de la " compression " avant l'étin­celle qui était allumée entre des fils de pla­tine (embryon de nos bougies d'allumage) et la puissance était fort réduite : 1,5 cheval à 100 t/mn.

Quant au carburant, élaboré par un carburateur à barbotage, il était constitué soit par du gaz de houille, soit par du gaz d'huile légère provenant de schistes ou de goudrons.

Ce prototype unique accomplit plu­sieurs fois le " voyage " entre Paris et Joinville–le–Pont, et ses performances valurent à Lenoir le grand prix d'Argenteuil, mais non la Légion d'honneur, qui lui fut attribuée, en 1881, pour des recherches sur... le télégraphe.

La voiture Lenoir ne fut pas commercialisée et la Société pour la construction des Moteurs Lenoir (Gauthier et Cie, capital 2 millions) se consacra uniquement aux moteurs fixes.

#6

Page 6 / 17


Sommaire

Idée & conception © 1999-2011 van Damme Stéphane.


Join us on