HISTOMOBILE

Marque :



ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

M’enregistrer - Se connecter

;



Page  11 / 17


Page 12 / 17 : 

Première compétition automobile : Paris-Rouen 1894




Paris–Rouen 1894 : Michaud à Mantes (9ème sur la Peugeot phaeton 3hp n°30).

La rivalité technique entre les marques doyennes Panhard et Peugeot devait se retrouver dans le domaine sportif, lors de la première réunion de " voitures sans chevaux ".

C'est en effet sous ce nom de " Concours des voitures sans chevaux" que Le Petit journal avait organisé cette compétition, ouverte à des véhicules qui devaient " être sans danger, aisément maniables pour les voyageurs et ne pas coûter trop cher sur la route ". Ce passage principal du règlement était, on le voit, libéral.

Avant de se lancer sur l'itinéraire Paris–Rouen, les concurrents devaient subir une épreuve éliminatoire, comportant un parcours minimum de cinquante kilomètres à couvrir en moins de trois heures.

La liste des engagements, close le 30 avril 1894, ne comportait pas moins de cent deux noms !

A vrai dire, les véhicules inscrits faisaient appel aux sources motrices les plus étranges, et il est certain que maintes voitures n'existaient qu'à l'état de projet, voire de rêverie !

On dénombrait en effet :

— des voitures actionnées " par gravité " et notamment par le " poids des passagers " (Rousset, Levai, Mansart) ;

— des " hydrauliques " (Berthaud, Barriquand);

— des voitures à air comprimé (V. Popp, G. Peraire, Plantard, Roze–Andrillon) ; et d'autres beaucoup plus obscures encore, faisant appel aux dispositifs suivants :

— Système de leviers ;

— Système automatique (sic) ;

— Système pendulaire;

— Système de pédales ;

— Dispositifs avec liquides combinés;

— Dispositifs électriques;

— Dispositifs semi–électriques;

— Dispositifs à gaz haute pression, etc.


Paris–Rouen 1894 : Georges Lemaître (1er sur la Peugeot phaeton 3hp n°65).

Comme il fallait s'y attendre, lorsque la date de l'épreuve fut fixée au 22 juillet, 26 voitures seulement se présentèrent au rassemblement préliminaire du 18 juillet, à Neuilly. Finalement, 17 voitures prirent le départ pour les éliminatoires disputées sur les cinq itinéraires de banlieue suivants :

Paris–Mantes via Flins. Paris–Mantes via Poissy. Paris–Rambouillet. Paris–Corbeil. Paris–Précy–sur–Oise.

4 véhicules furent éliminés : mais, à la suite de repêchages successifs, 21 véhicules (sur 102 prévus)" furent admis à prendre le départ le dimanche 22 juillet.

L'horaire de cette première journée automobile était approximativement le suivant ;

8 heures : départ porte Maillot;

12 heures à 13 h 30 : pause à Mantes pour le déjeuner ;

20 heures : arrivée à Rouen.

Le tracteur à vapeur du marquis de Dion, qui était le plus puissant, prit la tête, suivi des Peugeot et des Panhard. La majorité des véhicules, sauf peut–être les plus légers, avaient déjà été fortement éprouvés... par les pavés de la banlieue, lorsqu'ils se présen­tèrent à l'arrêt de Mantes. Parmi les plus malchanceux figurait M. Etienne Le Blant, un conçurrent repêché à la dernière minute, qui arriva à Mantes deux heures après le " peloton ".


L'omnibus Scott

L'après–midi fut plus que sévère ; les abandons se succédèrent malgré l'aide spontanée (et utile) d'une foule enthousiaste ; l'omnibus Scott (à vapeur) fut lâché par un tube d'eau. M. de Montais et finalement M. Le Blant durent se retirer.

Un succès populaire énorme attendait les compétiteurs à l'arrivée à Rouen. Les rescapés pouvaient être fiers à juste titre de leur performance et les dégâts vestimentaires subis par ces messieurs en chemise blanche, avec melon ou canotier, attestaient leurs luttes avec les escarbilles, la poussière et l'huile dégouttant de partout. Tous — pilotes, passa­gers, journalistes et supporters — étaient cependant pénétrés d'une grande joie, et le succès d'ensemble des Panhard et Peugeot fut fêté fort avant dans la nuit. Aux pétarades des bicylindriques succédaient celles des bouteilles de Champagne ! L'alliance de l'auto et de la bonne table, l'un des secrets de la réussite de l'automobile, était scellée.

#13

Page 13 / 17


Sommaire

Idée & conception © 1999-2011 van Damme Stéphane.


Join us on